Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jean Philippe Machon | Élections municipales Saintes 2014

Blog officiel du candidat Jean-Philippe Machon pour les élections municipales de la ville de Saintes 2014. Ensemble, donnons un nouveau souffle à Saintes !

Jean-Philippe Machon, humaniste et pragmatique

Publié le 29 Octobre 2013 par Jean Philippe Machon in Presse

Jean-Philippe Machon, humaniste et pragmatique

Saintes : Jean-Philippe Machon en candidat « humaniste »

Le candidat surprise de la droite, soutenu par l’UMP et l’UDI, sort de sa discrétion et engage une campagne de proximité, qui débute dimanche par un pique-nique

Jean-Philippe Machon, 60 ans, inconnu au début de l’année, s’est imposé presque par surprise comme la tête de liste de l’union de la droite pour les municipales de 2014. Avec une particularité : il n’affiche aucune appartenance politique. Il a au passage rallié à sa cause des conseillers d’opposition comme l’UMP Frédéric Neveu et l’UDI Bruno Drapron, qui acceptent de se ranger derrière lui.

Cadre dirigeant du groupe Nexans, spécialiste des câbles et systèmes de câblage, Jean-Philippe Machon partage son temps entre Paris la semaine et Saintes les week-ends. Le candidat dela droite distribue actuellement des cartons d’invitation pour participer à un « pique-nique sympatik » (sic). Ce rendez-vous, fixé dimanche, au haras national, marquera la fin de la première des trois phases de sa campagne (1).

« Sud Ouest » . Votre arrivée dans le jeu des municipale constitue une énigme. Comment êtes-vous parvenu au statut de candidat de l’union de la droite aux municipales ?

J.-P. M. En parlant à des gens différents, je me suis rendu compte qu’on posait les mêmes diagnostics. Je suis parvenu à cette candidature de façon laborieuse, en rencontrant, en écoutant beaucoup de gens. Lors de ma première réunion du 8 mars, au Végas, la condition de ma candidature était le rassemblement. Sans cela, je n’y allais pas. S’il n’y a pas de liste unique à droite, nous n’aurons aucune chance. Quant à mon envie de faire quelque chose, elle doit remonter à 2008.

Pourquoi prétendre devenir maire de Saintes ?

Je suis né dans cette ville. Dans ma jeunesse, j’ai baigné dans la vie de la cité. Mon père, Pierre, était très investi dans le groupe folklorique Aunis & Saintonge ; mon oncle était administrateur à l’école de musique. J’ai toujours pensé que je reviendrais à Saintes à l’heure de la retraite. C’est une ville qui a besoin de se réveiller. Il faut que Saintes redevienne la capitale de la Saintonge. C’est là que le rêve commence. Si je suis élu maire, je prendrai ma retraite bien entendu.

Vous n’avez jamais eu d’engagement dans un parti politique ?

Je n’ai jamais été encarté, ça ne s’est pas trouvé et ce n’est pas ma préoccupation. Je suis plutôt amoureux des choses concrètes. Mais qu’est-ce que c’est que la politique ? N’est-ce pas ce que l’on peut faire?

Votre invitation parle de “convivialité”, un peu convenu et plan- plan non ?

Peut-être, mais qui le fait aujourd’hui ? Je suis dans l’écoute des Saintais et la proximité.

Mais justement, ne souffrez-vous pas d’un déficit de notoriété ?

C’est ce que j’entends dire. Maintenant, quand on me voit ou plutôt que l’on me remarque au marché, c’est soi-disant parce que je suis en campagne. Mais je vous assure que j’y vais depuis longtemps parce que tout simplement, j’adore cuisiner ! Ma préoccupation première était le rassemblement, nous y sommes. Aujourd’hui, nous formalisons un projet solide. La qualité du projet est fondamentale. Il faut y aller graduellement. Nous allons aller sur le terrain pour tester nos propositions, rencontrer les Saintais, pour écouter.

Quels seront vos thèmes de campagne ?

Nous avons trois grands thèmes. 1/Infléchir de développement du territoire. Et c’est un axe de rupture et de changement important que nous préparons pour qu’il y ait un effet de levier sur les richesses de Saintes. 2/Nous voulons construire le développement durable. Il faut imaginer la ville du futur. Ces deux axes doivent donner une vision claire de là où on va et comment. Nous irons de façon cohérente et c’est ce qui manque aujourd’hui. On le voit bien avec le site Saint-Louis. Peut-on encore m’expliquer les équilibres entre le commerce de centre-ville et les grandes surfaces ; entre la rive droite et la rive gauche ?

Et votre troisième axe ?

Ce sera un axe d’écoute et de proximité en revenant aux fonctions régaliennes du maire, c’est-à-dire se mettre aux services des administrés. Vous allez me dire que c’est utopique ! Je n’ai aucune ambition politique et il y aura dans mon équipe des gens dédiés. Ça prend au sein même de l’équipe.

C’est une question de façon d’être. Et tout ça se fait dans la convivialité et dans des relations sympathiques. J’ai un discours humaniste et pragmatique. Les gens autour de moi sont volontaires, c’est un défi que d’entraîner une équipe.

Qui apercevrons-nous lors de votre pique-nique sympathique ?

Ce sera l’occasion de montrer qu’on a une équipe. Vous verrez une quinzaine de personnes qui travaillent au plus près de moi. Un comité de soutien est en cours de création et nous aurons un local de campagne avant la fin de l’année.

La liste sera présentée en janvier. La rumeur disait que je n’étais pas motivé. Je vous le dis : “Je n’abandonne pas”.

(1) Dimanche 22 septembre, à partir de 12 heures, au haras. Venir avec son pique-nique, animations et visites du parc en calèche.

Commenter cet article